Catégories
Uncategorized

Une escapade gustative

Après notre petite escape au bord des rives du Gapeau, l’équipe de l’évasion Bleue Hyères s’est retrouvée avec une pêche du jour ! C’est alors que le débat commence : “qui sais vider le poisson ? “, “comment découper le poisson ? “, “quelle recette faire ?”..

Pour satisfaire le plus grand nombre d’entre nous, nous avons retenus quelques recettes que nous souhaitons vous partager ici !

Avant d’attaquer le vif du sujet, nous allons vous livrer quelle est la procédure à suivre pour découper son poisson dans les règles de l’art :

Tout d’abord, entaillez le en son milieu dans le sens de la longueur, puis décollez le dos ainsi que le ventre. Ensuite, coupez la queue, et retirez l’arrête centrale.

En fin, coupez lui la tête !

Recette N°1: Papillote de bar coco-curry pour 4 personnes

Prévoir 20 minutes de préparation et 10 minutes de cuisson

Les ingrédients :

4 filets de bar,

1 fenouil,

3carottes,

1 bâton de citronnelle,

1 citron vert,

20cl de lait de coco,

1 cuillère à café de curry,

4 pincées de fleur de sel,

4 tours de moulin à poivre.

Les étapes :

Préchauffez le four à 200°c,

Epluchez le fenouil et les carottes, puis émincez les finement à l’aide d’un couteau ou d’une râpe.

Enlevez les feuilles sèches du bâton de citronnelle et émincez finement la partie tendre.

Zester le citron vert et pressez le jus. Mélangez le lait de coco, le jus du citron, la citronnelle, le curry et la moitié des zestes. Dans du papier à papillote, disposez au fond carottes et fenouil émincés, puis les filets de bar et assaisonnez les de sel et de poivre selon votre goût.

Répartissez ensuite la sauce au lait de coco sur les papillotes puis fermez les hermétiquements.

Faites les cuire environ 10 minutes. A la sortie du four, ouvrez les papillotes et répartissez le reste des zestes de citron avant de servir.

Pour une version plus exotique, vous pouvez ajouter un petit piment haché dans le lait de coco et servez la papillote avec un gratin de bananes.

Après vous avoir présenter une idée recette pour le bar, passons à la truite.

Sachez que la truite est un poisson qui s’adapte a toutes les recettes, que ce soit pour une cuisson au four, à la vapeur ou bien à la plancha.. Présentée entière, en dame, en filet pu fumée, vous pouvez la déguster à la poêle, grillée ou même crue : La truite selon nos envies !

Recette N°2 : La truite à la provençal.

Ingrédients :

1 truite environ 1.280 kg

2 gousses d’ail

huile d’olive

herbes de Provence en bâtonnet

1/2 citron jaune

poivre et sel du moulin

Préparation :

Videz et nettoyez la truites sous un filet d’eau froide.

Ciselez l’ail et déposez le à l’interieure de la truite.

Disposez les rondelles de citron, avec les herbes de Provence en bâtonnet. Agrémentez le tout de sel et de poivre selon votre goût.

Versez deux filets d’huile d’olive sur le poisson puis passez le au four.

Si vous le souhaitez vous pouvez ajouter 60 grammes de tomates, 50 grammes de persils, 200 grammes de fromage frais et 2 oignons. Pour cela, taillez les tomates en petits morceaux. Effeuillez, lavez et hâchez le persil. Dans un bol, mélangez le fromage frais, les tomates confites, les oignons et l’ail. Garnissez la truite de ce mélange.

Arrosssez de jus de citron, puis disposez les brins de thym afin de femer la papillote.

Enfournez et cuisez entre 20 à 25 min (selon l’épaisseur).

Un Bon appétit =)

N’oubliez pas lors de notre balade en mer : “lever de soleil“, vous avez la possibilité d’acheter du poisson frais tout droit sortie des filets !

Catégories
Uncategorized

La pêche à la truite

L’équipe de l’évasion Bleue Hyères a passée la matinée au bord des sources du Gapeau à Signes. Une activité ludique durant une ou deux heures environ. Un moment convivial rempli de rire et de sourire que nous avons partagé tous ensemble. Nous avons peut être le pied marin mais pas l’âme de pêcheur ! ^^

Au cours de cette balade au bord de l’eau nous avons découvert la pisciculture

(https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g1432129-d10465885-Reviews-Pisciculture_de_Signes_Les_sources_du_Gapeau-Signes_Var_Provence_Alpes_Cote_d_A.html). 

Aujourd’hui nous allons vous faire part de notre apprentissage.

Comme à la maison !

La pisciculture c’est l’ensemble des techniques d’élevage des poissons. Il commence dès l’œuf du poisson jusqu’au poisson à l’âge adulte! Elle peut se pratiquer dans divers endroits : au sein de ferme, plan d’eau douce, ou bien en eau de mer selon les espèces.

Les fermes en eau douce sont implantées sur l’ensemble du territoire, le long des rivières évidemment. Nous y retrouvons les espèces suivantes : la Truite Arc en ciel, la Truite Fario, le Saumon de Fontaine, l’Esturgeon et l’Omble Chevalier. A contrario, les poisson de pisciculture marine sont élevés le long du littoral, soit en plein mer ou bien dans des bassins à terre. Nous dénotons la présence de Daurade, Bar, Turbot, Maigre, Saumon et la Sole.

A vous de choisir si vous êtes plutôt eau douce ou eau salée ?

Au cours de notre échange avec la responsable, elle nous a fait part de la qualité du poisson d’aquaculture de notre région (Provences Alpes Côtes d’Azur, pour ceux qui en doutent encore ^^). Ces types de poissons sont présents toute l’année sur les étals de nos poissonniers. C’est le fruit d’un travail rigoureux et respectueux qui permet de mettre en avant le respect de la “Charte Qualité – Aquaculture” garantissent ainsi une alimentation équilibrée, une traçabilité totale, une fraîcheur maximale, un suivi sanitaire Strict et Rigoureux, et bien évidemment des bonnes pratiques pour garantir le bien être du poisson; l’ensemble de ces procédures sont inscrites dans une démarche de développement durable.

Après avoir écouter cette bref présentation, nous avons eu quelques questions:

-> Que mangent les poissons d’aquaculture ?

Ils mangent essentiellement des aliments végétaux, des produits marins. Le pisciculteur favorise une alimentation équilibrée, riche en protéines et en oméga 3. Le cycle naturel des espèces est très respecté.

-> Fraîcheur Garantie ?

Les poissons provenant des aquacultures sont pêchés à la demande. De ce fait, ils peuvent se retrouver sur les étals des le lendemain de la pêche et en moins de 72h ! Par conséquent, le poisson d’aquaculture est l’un des poissons les plus frais du marché !

-> Qu’en est il des qualités nutritionnelles ?

Ce sont des produits riches en protéines, en acides gras oméga 3 et contiennent une multitude de micronutriments essentiels à notre organisme !

L’équipe de l’évasion bleue hyères balade en mer, vous propose quelques sorties en bateau pour découvrir les lieux où sont élevés les poissons en pleine mer !

Visite Insolite pour le plaisir de Tous !

@ Bientôt sur l’eau

Jackpot pour la team de l’évasion bleue hyères : une truite d’1kg 288

Un cours d’eau, une canne à pêche made in home

Catégories
Uncategorized

Hivernage Bateau

La saison des beaux jours touche à sa fin. Terminée les longues journées a farniente au soleil sur le bateau. C’est l’heure du grand nettoyage, moment redouté par la majorité des plaisanciers, notamment par notre équipe !

Effectivement, quand la fin de l’été sonne, c’est l’heure de l’hivernage et de ranger le bateau.

Pour faciliter la réutilisation de votre navire, il vaut mieux le préparer à passer l’hiver sous certaines conditions

Pour éviter de retrouver votre embarcation encrassé à un point que le gel Coat lui même sera marqué ! Suivez nos conseils :

Tout d’abord commencer par retirer l’ensemble des mousses pour fuir les moisissures. Enlever les bouts qui vont prendre la pluie et marquer la coque de votre bateau que ce soit un rigide ou bien un semi – rigide (bateau que nous utilisons pour nos balades en mer autour du bassin hyérois) ainsi que les pare – battages qui vont s’incruster de mousse.

Pour préserver au mieux votre matériel, mettez à tremper vos bouts et changer l’eau à plusieurs reprises, un petit lavage express en machine à laver leur fera le plus grand bien. Stocker votre matériel dans un endroit sain, à l’abri de l’humidité et de nos chers amis rongeurs afin de les conserver le plus longtemps possible.

Un coup de nettoyage rapide sur les pare battages est également le bienvenu.

C’est long, contraignant mais nous vous garantissons qu’au moment de la reprise, vous allez gagner un temps fou !

Nettoyer l’intérieur et l’extérieur de votre bateau en utilisant les produits adéquates (retrouver tous les produits chez Cabesto avec des conseils précieux) ! Ne soyez pas trop agressif !

Pour l’extérieur de votre semi rigide, n’hésitez pas à nettoyer la coque avec un karcher pour enlever les coquillages, la déjaunir. Faites briller les inox, dégriser les bois, enlever les traces de rouille.

Bâchez votre bateau, pour qu’il soit d’une part à l’abri des rayons du soleil, et d’autres part, à l’abri de toutes les agressions extérieurs, notamment les excréments d’oiseaux.

N’oubliez pas de laisser les coffres ouverts afin que l’air circule dans tous votre bateau, et évitez ainsi les mauvaises odeurs et autres désagrément ! Vous pouvez aussi prévoir des bac pour absorber l’humidité de vos rangements. Veillez à les placer dans un bac plus grand pour que la saumure ne se dépose sur le bois ou plastique du plancher.

Profitez de l’hiver pour faire l’ensemble des petits et gros travaux sur votre bateau.

A la reprise de l’activité, les plaisanciers les plus à cheval sur l’hivernage auront moins de travail à réaliser ! Ca sera un réel gain de temps pour partir voguer sur la mer, au rythme des vagues !

Evidemment, vous allez également avoir une séance de nettoyage après l’hiver, mais celle ci sera facilité par la qualité de votre hivernage. Mais il y aura tout de même moins de travail à réaliser.

La mise en route du bateau peut se faire entre amis ou en famille, partager un moment avant les journées en mer ! Cela permet à chacun de se rendre compte des tâches a réaliser et à être plus méticuleux lors de vos excursions en mer.

 

Catégories
Uncategorized

Remorquage Bateau

Les bons réflexes à avoir au cours d’un remorquage en pleine mer.

Aucun plaisancier n’est à l’abris d’une avarie, un échouement au cours de ces sorties en mer. C’est pourquoi, il est préférable de savoir quels sont les moyens à mettre en œuvre pour ramener le bateau à bon port.

La demande de remorquage se demande auprès du CROSS (VHF canal 16; par téléphone N°196) et s’effectue bien souvent par les services de la SNSM ou bien d’un dépanneur de type privé.

Dans ce cas de situation, la communication est essentielle. En effet, une bonne communication est le secret pour réussir une telle opération.

Avant tout point, le secours des personnes à bord reste prioritaire. C’est pourquoi nous vous demanderons de présenter votre équipage et de vous assurer que chacun des membres est en sécurité ! Vous devez signaler toute personne blessée, malade… Evidemment la sécurité des personnes passe avant celle du bateau.

Une fois l’équipage identifié, viendra la prise en charge du bateau.

Pour optimiser le remorquage de votre bateau, il est essentiel de connaître certaines caractéristiques comme par exemple : les dimensions, poids, modèle, le détail de l’avarie. Le but étant de donner le plus de détail possible pour faciliter le remorquage.

Si vous êtes en location auprès d’un professionnel, vous retrouverez l’ensemble de ces informations avec votre contrat de location.

Le CROSS va ensuite établir un contrat de remorquage. En effet, cette action n’est pas gratuite (le coût varie selon les moyens engagés et de la taille du bateau) Accepter via votre VHF revient à établir un contrat “No cure, No pay”, soit un contrat avec obligation de résultat. C’est à dire que votre bateau devra être ramené en sécurité afin qu’il soit exécuté. Le coût du remorquage varie selon des critères bien établis.

Au cours de l’action de remorquage, le bateau pilote va faire plusieurs fois le tour de votre vedette afin de déceler la nature de votre avarie que vous pouvez ignorer lorsque que vous êtes à bord (ex: voie d’eau, taquet arraché…). Le bateau des secours doit être en mesure de vous approcher en toute sécurité. Au moment des tours de contrôles, vous devez suivre les consignes et rester groupé à l’intérieur du bateau.

Les sauveteurs en petite équipe ou individuellement vont rejoindre votre embarcation afin de faire un point sur la sécurité de chacun , checker le fonctionnement de la barre et ramasser tout ce qui a pu tomber à l’eau.

Il faut rester vigilant, notamment aux cordages qui peuvent venir s’immiscer dans une hélice de remorqueur ce qui mettrait en périple l’opération.

Le sauveteur qui vient à bord, analyse les points d’ancrages et recherche un point d’amarrage le plus solide possible. D’ailleurs la SNSM recommande pour les petits bateaux ou bien les semi rigides, d’attacher à poste un bout sur la cadène de l’étrave autrement dit, l’anneau par lequel vous remontez le bateau sur la remorque

En effet, c’est le point de tractage le plus solide du bateau , de plus il permet de tirer le bateau vers l’avant. Le but de cette mission est de tirer le bateau aussi droit que possible.

Au cours du remorquage, lorsque votre bateau est tout amarré, le remorqueur va progressivement s’éloigner afin d’éviter toutes percutions lorsqu’il prendra son erre. La distance permet également atténué au mieux le choc de la traction du remorqueur.

Lors de cette manœuvre, l’ensemble de l’équipage soit se mettre à l’abri. Cette action est vitale car il y a un risque de la remorque se rompt avec la mise sous tension. Toute cette opération doit s’effectuer en toute sécurité pour éviter le sur accident.

Le retour au port, sera fait en douceur. En effet, à l’approche du point d’arrivé les sauveteurs vont mettre en suspens le remorquage pour que votre bateau casse son erre. la bateau des secours va venir à couple pour terminer sa manoeuvre et vous placer sur un mouillage sûr.

Lorsque votre bateau atteint le mouillage, le contrat de remorquage est alors rempli. Par conséquent, vous êtes de nouveau responsable de votre bateau.

SNSM : les sauveteurs en mer